jardiniere de passage

De l'expérience d'un jardin dans un passage de Paris.

Salutation au soleil

3 Commentaires

Ce dimanche midi d’hiver, derrière les grandes baies vitrées d’un Bouillon parisien, la salle bruissait de conversations détendues et familiales. Les nappes blanches donnaient un air soigné et dominical, et de la lumière immaculée aussi. L’os à moelle trônait dans l’assiette, le bourguignon fumait sur les coquillettes, la profiterole resplendissait de chocolat, la crème fouettée enflammait le baba. Tout le monde était bien.

Soudain une profonde clameur de joie surgit de toutes parts, de toutes les bouches ensemble. L’entrée inattendue d’une star, d’un énorme gâteau d’anniversaire peut-être.

De son trait jaune et puissant, Soleil avait fait une apparition, posant son aile chaude sur les dos, son jet de lumière sur les visages. Il avait surgi sans s’annoncer. Mais, nul besoin de se retourner : de dos, de face, de profil, on savait qu’il était là. La sensation, instinctive, quasi animale, fut brève et intense.

Au milieu de la ville, les humains, qui se parent, se distinguent, s’artificialisent, avaient partagé dans leur cri viscéral, sans retenue et sans fard, une expression de leur humanité première et commune, leur héliotropisme. Cet étonnement de la réaction simultanée -chacun se retourna et se regarda-, fit rayonner plus fort la joie ressentie. Comme un geste de paix donné et reçu, exhumant une complicité universelle.

Au moment où les uns s’apprêtaient à saucer l’assiette, les autres à lever le verre ou à passer au dessert, Soleil envoya un dernier signe et reçu une deuxième salve d’applaudissements avant de disparaître tout à fait.

Ce dimanche midi, on pensait qu’il ne manquait rien. Mais le soleil avait fait plus.

« Ô Soleil ! Toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu’elles sont ! »
Edmond Rostand, Hymne au soleil.

Ce dimanche-là, Soleil envoya encore son bon souvenir, lors de la balade digestive : les délicieuses sphères douces et sucrées d’un mimosa d’hiver (acacia dealbata) !

mimosa parisien_AV

Publicités

3 réflexions sur “Salutation au soleil

  1. Bonsoir Axelle

    Ravi de vous retrouver au détour d’un blog debout au jardin de Paris toujours aussi gourmande d’écriture que de chocolat « bourguignon »…

    C’est un plaisir de vous lire et de vous suivre au gré des saisons Vous avez le regard et la plume qui convient à l’exercice…

    à vous suivre…Bonne route…

    >

    J'aime

    • Je crois avoir reconnu mon professeur de français ! ….. Merci pour votre appréciation….c’est agréable d’avoir un retour, même si l’écriture est juste une sorte d’offrande à qui veut bien la recevoir…..
      Au plaisir !

      J'aime

  2. Quelle histoire !! Nous qui pensions être les seuls à compter les rayons de solein sur les doigts de la main 🙂

    Merci pour ce récit! Grosses bises et bonne semaine !

    Le 5 févr. 2018 20:51, « jardiniere de passage » a écrit :

    > axelleverdier posted: « Ce dimanche midi d’hiver, derrière les grandes > baies vitrées d’un Bouillon parisien, la salle bruissait de conversations > détendues et familiales. Les nappes blanches donnaient un air soigné et > dominical, et de la lumière immaculée aussi. L’os à moelle trô » >

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s