jardiniere de passage

De l'expérience d'un jardin dans un passage de Paris.

Derniers instants de l’année

Poster un commentaire

cynorrhodon_av

Cynorrhodon

Laisser doucement le jardin mourir à lui-même.
Laisser la vie être jusqu’au dernier soupir.
Laisser faire sous nos yeux l’assèchement des peaux chlorophylles, la dépigmentation, le dépérissement.
Ne pas soustraire si vite de notre regard le « vieillissant », le « en train de mourir », le « déjà mort ».
Faire face à la vie végétale qui se retire. Laisser venir la nature morte.
Sans la mettre en spectacle, la laisser pourtant aller jusqu’au bout.
Car au bout, les derniers fruits suspendus sont un spectacle.
Car aussi, protégé sous ses peaux mortes, le végétal vivace se prépare ainsi déjà à mieux renaître.

 

A vouloir laisser le jardin sur pied à l’entrée de l’hiver, il y a peut-être, au fond, encore autre chose… la difficulté pour le jardinier de se résoudre à tailler dans le paysage de l’année, comme la passiflore retient les jours passés en s’agrippant à la dernière feuille du kiwi.

nostalgie

Mais ce sera sans compter la venue de l’hiver…

Celle-ci atteindra-t-elle à temps la lumière ?

ultime-dahlia_av

Ultime dahlia

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s