jardiniere de passage

De l'expérience d'un jardin dans un passage de Paris.

Un jour sous un grand marronnier…

Poster un commentaire

Rond-point des Champs-Elysées.
Rond comme un marron.
Grain de rousseur écureuil sur la peau goudronnée.
Hérisson sans sa toison.
Si lisse si doux si juste, calé entre le coussin du pouce et le creux de la main.
Un calot d’enfant que l’on y roule.
Nul besoin de le polir. Brillant comme un sou neuf. Marron glacé, le temps d’un jour.
Ce jour de l’expulsion, le jour du nourrisson, le nombril tout blanc, grand œil innocent. Pas encore terni par la vie.
Parfois mal tombé, un peu cabossé sur la face cachée. Premières impressions de la terre.
Se trouver là par hasard à ce moment précis de cette pluie de petites lunes.
Le marron nous fait retourner vers le sol. Il annonce l’humus fumant d’automne qui, passant par le filtre de nos poumons, nous fait vraiment terriens.
Ne pas manquer le jour de l’atterrissage des marrons, inlassable et revigorant « marronnier ».

Vive l’automne !


Premiers signes d’automne au passage. Histoire sans paroles.

 

Dernier jour pour Voter Pépins 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s